La fourbure

C’est une pathologie fréquente, douloureuse et potentiellement très grave, qui touche les sabots des chevaux et des poneys. Des anneaux de croissance sont souvent visibles, indiquant des épisodes répétés de fourbure.

Une fourbure chez un cheval âgé est un signe d'appel de la Maladie de Cushing ; une fourbure chronique ou récidivante surtout. Elle est même parfois le seul symptôme visible. En effet, 70% des cas de fourbure sont associés à un Cushing !

Dans le pied d’un équidé sain, la muraille et l’os du pied (ou troisième phalange) sont reliés par un système de fines structures tissulaires appelées lamelles. Bien qu’elles soient capables de supporter des poids élevés, ces lamelles sont relativement délicates et s’abîment facilement. En cas de fourbure, le système lamellaire devient enflammé et extrêmement douloureux, rendant l’appui très difficile pour les chevaux atteints.

L’animal souffrant de fourbure a du mal à poser le pied, et adopte souvent une position « antalgique » où les antérieurs sont campés et les postérieurs sous lui, lui permettant ainsi de soulager les tissus douloureux. Si la maladie persiste quelque temps, ou si elle récidive, les lésions peuvent devenir irréversibles, entraînant une rotation de la troisième phalange à l’origine d’une douleur permanente. Dans de nombreux cas de cette sévérité, l’euthanasie est alors malheureusement le dernier recours.

Photos courtesy of: W. Jahn