Signes cliniques fréquents de la Maladie de Cushing

La dysfonction de la pars intermedia de la pituitaire (DPIP), plus communément appelée le syndrome de Cushing équin, entraîne une grande variété de signes cliniques, légers ou graves. Votre cheval peut manifester plusieurs signes de cette maladie comme un seul ; il est donc préférable de vérifier avec votre vétérinaire si vous remarquez des changements inhabituels. Les trois symptômes les plus caractéristiques de cette pathologie sont un pelage anormal (zones avec des poils longs ou qui ne tombent pas), une fourbure sans raison apparente et un affaissement de son abdomen (gros ventre) ou des poches de graisse autour de ses yeux ou à la base de la queue.

Les autres signes cliniques fréquents évocateurs du syndrome de Cushing équin sont les suivants :

  • Une sudation excessive
  • Une augmentation de l'appétit
  • Une augmentation de l'abreuvement
  • Une augmentation des urinations
  • Une fonte musculaire
  • Un retard de cicatrisation des plaies et des infections plus fréquentes
  • Des affections dentaires
  • Un manque d'énergie ou des baisses de performances

Si vous remarquez l’un de ces signes chez votre cheval, vous pouvez le soulager en contactant votre vétérinaire immédiatement. Il ou elle procèdera à un examen approfondi pour en découvrir la cause. La bonne nouvelle est que, même si votre vétérinaire diagnostique le syndrome de Cushing chez votre cheval, il existe un certain nombre de soins et de traitements qui peuvent permettre à votre animal de rester en bonne santé et de vivre heureux. Cliquez ici pour plus d’informations.

Fourbure

fourbure

La fourbure constitue un autre signe évocateur du syndrome de Cushing : elle va se manifester par des douleurs du pied, allant de la simple boiterie à un décubitus permanent (cheval qui ne se lève plus). La fourbure peut être intermittente ou permanente. En savoir plus

Pelage anormal

pelage anormal

Des changements dans le pelage de votre cheval constituent l’un des signes du syndrome de Cushing les plus faciles à repérer. Vous allez peut-être observer aussi un léger changement dans la couleur de sa robe ou une absence de mue avec un pelage long, dense et bouclé qui ne tombe pas (ce que les vétérinaires appellent l’hirsutisme). Ce dernier, est selon certains experts l'indicateur le plus fiable de la maladie de Cushing, il n’est cependant pas systématique, en particulier dans les stades précoces de la maladie.

 

Poches de graisse inhabituelles

poches de graisse inhabituelles

Si vous remarquez que votre cheval présente des dépôts graisseux à des endroits inhabituels, sachez que cela ne fait pas partie de l’évolution normale du vieillissement ; il s’agit peut-être d’un signe évocateur du syndrome de Cushing. Cette maladie peut en effet entraîner la formation de poches de graisse à des endroits inhabituels : par exemple, en haut de l’encolure, à la base de la queue, au dessus et autour des yeux. Cette maladie a également des répercussions sur la morphologie de l’équidé : une fonte musculaire, un «gros ventre» et un gonflement des salières sont souvent notés chez les chevaux et poneys atteints.

Photos courtesy of: N. Frank, DVM, PhD, ACVIM The Liphook Equine Hospital, East Hampshire, United Kingdom